Rechercher

Le coaching un peu plus concrètement

Pour vous le coaching reste une discipline assez floue, voir mystique ?


Cela peut se comprendre. Comme évoqué sur ma page de contact, il est difficile de décrire précisément comment le coaching peut être aussi efficace étant donné que les techniques, les stratégies et les outils sont nombreux, différents et propres à chaque situation, à chaque objectif et à chaque personne.


Lorsque la discipline n’est pas exercée de façon « pleine et entière », elle peut être utilisée comme une compétence complémentaire à certaines professions. Ainsi l’on voit beaucoup de formateurs, de consultants, de managers, de dirigeants et de RH se former au coaching pour leur permettre d’être plus efficaces dans leurs métiers de tous les jours ; ça c’est dans le domaine de l’entreprise. Or l’on voit également beaucoup de thérapeutes, sophrologues, hypnotiseurs, yogistes se former au coaching pour les mêmes raisons qu’en entreprise au final: augmenter leurs champs de compétences. Puis lorsque l’on rencontre un coach professionnel, et bien il a très souvent lui-même sa propre orientation, ses propres influences, ses propres techniques.



Pour vous le coaching c’est du marketing ?


Malheureusement dans une certaine mesure, ça l’est devenu. Victime de son succès la discipline a commencé à attirer bon nombre de branches, plus ou moins reconnues comme citées plus haut. C’était LE mot à rajouter dans son pitch pour attirer : « Coach de… ».


Maintenant on coach tout, tout est « coachable » et pire que tout, tout le monde peut coacher. Aujourd’hui 2/3 des coachs en activité ne sont pas diplômés, et quand ils le sont ce ne sont pas toujours des diplômes reconnus par l’Etat…


On voit des pubs à profusion sur les réseaux sociaux qui promettent le bonheur, une vie meilleure, de l’épanouissement personnel à coup de marketing agressif. Alors la limite a été facile à franchir, abusant parfois de la situation malheureuse des gens pour en faire un business florissant.

La démocratisation de la discipline est une bonne chose lorsqu’elle est faite de manière éthique et déontologique mais est-ce que l’on ne s’éloigne pas de quelques « règles » du coaching lorsque les séances tournent aux shows, remplissant des salles entières de spectacles ? Et quant est-il du rapport collaboratif d’autre part ?


Alors évidemment qu’il est difficile de s’y retrouver dans tout cela.

Pour les clients mais également pour les coachs... Tous mettent en avant leurs particularités, leurs spécialités, les bons comme les mauvais. Comment simplement parler de sa pratique sans se faire cataloguer ?

Et bien je n’ai personnellement pas trouvé de solution pour le moment, mis à part de faire en sorte de garder dans tout ce que ferais mon identité, mon intégrité et mes valeurs.


L’un des principes fondamentaux du coaching, est qu’il n’y a pas de coaching s’il n’y a pas de demande…

Alors sans essayer de vous convaincre que vous avez une demande cachée et que vous n’êtes simplement pas au courant, à titre d’information voilà ce que je peux vous dire de plus sur moi, sur mes influences et les outils que j’utilise. Le tout pour vous permettre de juger par vous-même si ce sont des caractéristiques qui vous correspondent.



 

Si avant de commencer à lire cet article, le coaching était pour vous synonyme de spiritualité ou de quelque chose de trop subjectif, que vous pensiez que je parlerais peut-être de chakra, de karma, d’aura, de mantra, de yoga (ou autres concepts du genre qui finissent en -a), rassurez-vous, même si mes origines auraient pu facilement me diriger vers ces voies là, ce n’est pas du tout le cas.

Non pas que je ne sois pas convaincue de tous les biens faits de ces influences, c’est juste qu’elles ne correspondent honnêtement pas à ma personnalité.

Subjectivité VS Objectivité


Je suis plutôt de nature pragmatique. J’aime le concret, le vérifiable, le fiable, l’analyse et les sciences fondamentales ; alors quel soulagement pour moi de ne pas avoir eu à suivre un cours de méditation en école de coaching :) mais plutôt de pouvoir m’appuyer sur des connaissances issues des domaines tels que la sociologie, l’économie, la psychologie, la psychanalyse ou la philosophie.


Je pouvais en plus allier toutes ces sciences humaines à des sciences dites plus « dures » comme celles des neurosciences ; et cerise sur le gâteau bien que les outils du coaching soient puissants il n’y a pas de magie, juste un peu de travail, d’entrainement, de courage et de résilience - comme dans le sport.




 

Connaissez-vous la pyramide de Maslow ?


Dans le domaine des théories économiques elle permet une analyse de la motivation grâce aux études entreprises par le psychologue américain Abraham Maslow (1908 – 1970).



Voici une petite vidéo de 4 mins qui explique rapidement son principe.


Alors concrètement, à quel niveau de la pyramide vous situez-vous actuellement ?

Le niveau où vous vous situez sur cette pyramide, vous permet-il de vous poser cette simple question:

« Qu’est-ce qui me donne le courage de me lever tous les matins ? »

Parvenir à se situer sur cette pyramide c'est comprendre le type de besoin que nous cherchons à satisfaire par nos comportements (souvent inconscients), c'est comprendre pour quelles raisons parfois notre motivation nous fait défaut, à cause des besoins primaires non ou pas assez satisfaits.


Vous l’aurez compris, pour chaque niveau de besoins de la pyramide, il existe des outils de travail de coaching différents pour vous permettre d’accéder au niveau supérieur.


Une élévation qui ne demande aucune transcendance (si vous n'êtes pas encore prêt pour cela), mais simplement et concrètement que d'un peu de travail adapté :)



 


En espérant avoir un peu dé-stigmatiser et démystifier le coaching.